menu Navigation & Contact Info

La Réserve Naturelle de Shell Island

 Les tours de nage avec les dauphins a shell island – L’environment

WP-Facebook Cover -3

 

 

 

La nage avec les dauphins sauvages de Panama City se déroule dans un cadre naturel qui ne peut qu’enrichir l’expérience fabuleuse qu’est la nage avec des dauphins. Nous vous ferons découvrir la richesse et la beauté de la faune et la flore qui nous entourent.

 

Shell Island est une île située entre l’immense baie de Saint-Andrews et le Golfe du Mexique, à Panama City Beach, sur la côte Nord-Ouest de la Floride. Cette réserve naturelle au sable blanc offre une immense plage du côté du Golfe et une végétation sauvage à l’intérieur de la baie. La beauté naturelle de l’île et l’environnement marin qui l’entoure constituent le décor des expéditions proposées par Water Planet. C’est, en effet, dans les eaux émeraudes bordant Shell Island que vous rencontrerez une population de dauphins sauvages qui, depuis de nombreuses années, a pris l’habitude d’interagir avec l’être humain. Vous découvrirez donc des mammifères marins libres et sauvages, évoluant dans leur habitat naturel.

 

A tout moment, si vous le désirez, vous aurez l’opportunité d’explorer les eaux peu profondes de la baie où se trouvent les champs d’algues, point de départ de la chaîne alimentaire. Nous y récolterons divers crustacés, mollusques, coquillages, crabes, oursins, poissons que nous identifierons. La plupart des créatures marines prennent naissance dans les champs d’algues qui sont en quelque sorte une véritable pouponnière de la vie marine.

Si l’aventure vous tente, nous nous enfoncerons à l’intérieur de Shell Island où vivent des animaux sauvages tels que des chevreuils, tatous, rapaces, échassiers, alligators, … 

 

La Faune de Shell Island

La sensibilisation et l’importance de la protection de l’environnement font partie des objectifs que l’équipe de Water Planet cherche à atteindre à travers ses programmes de nage avec les dauphins sauvages. Les mammifères marins, l’ensemble des autres créatures marines, la flore, forment ce qu’on appelle un écosystème. Chaque organisme occupe une place particulière et a une fonction précise dans le ” système “, tout en étant en relation avec les autres. La santé des uns est donc reliée à la santé des autres. Les dauphins se situent au sommet de la chaîne alimentaire, et sont en quelque sorte un baromètre de l’état de notre environnement. La protection de la vie sauvage commence par une attitude de respect : respect de la plus petite créature à la plus évoluée, en passant par le respect de soi-même… Lors de nos expéditions, nous vous ferons découvrir quelques-uns des animaux qui évoluent dans l’environnent de Shell Island…

 

LA LIMULE (HORSESHOE CRAB) (Limulus polyphemus)

Contrairement à ce que semble indiquer son nom, la limule ou Horseshoe crab (Limulus polyphemus) n’est pas un crabe. C’est une des plus vieilles créatures vivant sur terre (les fossiles les plus anciens remontent à plus de 400 millions d’années) et également une des plus robustes. Sa longue queue n’est pas une arme mais a pour fonction de l’aider à se diriger dans la boue, l’aider à s’enterrer dans le sable ou encore à se retourner s’il se retrouve accidentellement sur son dos. Ils possèdent une quantité importante de sang dont la couleur est bleutée et dont la composition diffère significativement du sang des mammifères. Ils sont dotés de deux paires d’yeux (trois chez les jeunes). Les femelles sont plus grandes que les mâles. Les limules vivent dans le fond de l’eau, et au printemps ils se rassemblent en grand nombre sur le rivage pour se reproduire. Au moment de la pleine lune, lors de la marée la plus haute, les femelles creusent un trou dans le sable juste au-dessus de la ligne de marée et pondent environ 200 à 300 œufs que les mâes fertilisent avant de quitter les femelles. Les œufs incubent 28 jours dans le sable jusqu’au moment de la marée la plus haute de la pleine lune qui suit, ce qui permet aux larves d’entrer dans l’eau. Les limules n’ont pas de dents et utilisent la base des pattes antérieures qui entourent la bouche pour broyer leur nourriture. Ils se nourrissent de vers et d’autres invertébrés, de palourdes, de morceaux de poissons ou de crevettes, ce qui fait d’eux de bons nettoyeurs d’aquariums. Visionnez la vidéo sur la limule.

 

Le Crabe Bleu ou BLUE CRAB (Callinectes sapidus):

C’est le crabe comestible le plus commun que l’on trouve en Floride. On le trouve dans les eaux saumâtres et peu profondes des estuaires, de la ligne de marée basse jusqu’à une profondeur de 37 mètres. Il est fusiforme, de couleur gris ou bleu-vert, avec des épines rouges à l’avant de la carapace. Les mâles ont les pinces bleues et les femelles les pinces rouges. Ils sont dotés de 4 paires de pattes en forme de palette pour se déplacer, et une paire de pattes avec des pinces puissantes au bout, des épines rouges à la base. Sa chair est délicieuse, mais gare à celui qui laisse traîner ses doigts à proximité de ses pinces… ! Cliquez pour en savoir plus sur le Crabe Bleu..

 

THE STONE CRAB (Menippe mercenaria):

De couleur brun terne, c’est le plus large des crabes vivant dans les fonds sablonneux et boueux. Il n’est pas particulièrement attirant mais il est fameux pour la chair délicieuse de ses pinces. Sa capture est strictement réglementée dans la plupart des états des USA, et en Floride il est illégal de capturer les femelles. Il est interdit également d’emporter le crabe entier lorsqu’il est attrapé. Seule la plus large de ses pinces peut être arrachée (à condition qu’elle ait une certaine taille), le crabe devant être rejeté à la mer, afin qu’une nouvelle pince se forme. 

 

 

LE CRABE FANTOME OU GHOST CRAB (Ocypode quadrata):

Appelé de la sorte car il se confond avec le sable dans lequel il vit et il est très rapide. Il semble apparaître de nulle part, court extrêmement vite et disparaît soudainement. On trouve les Ghost Crab sur les plages toute l’année bien qu’ils restent dans leurs trous les mois d’hiver. Ils deviennent actifs à la tombée du jour et la nuit, galopant le long de l’eau pour mouiller leurs ouies. Bien qu’ils vivent dans le sable ils ne respirent pas l’air directement et doivent avoir accès à l’eau de mer pour survivre. Les adultes sont de couleur jaune et les jeunes sont tachetés de blanc et de gris, se confondant parfaitement avec le sable. Lorsqu’ils ne sont pas en train de courir, ils se tapissent sur le sable pour diminuer leur ombre…

 

LE BERNARD L’HERMITE (PAGURE)

HermitCrab

Les bernard l’hermite, dont la morphologie rappelle celle des Brachyura bien qu’ils appartiennent à un infra-ordre distinct, se caractérisent par le fait qu’ils possèdent en général un abdomen mou dépourvu de carapace. Par conséquent, ils occupent pour se protéger des abris qui, pour la majorité des espèces, sont formés par des coquilles de gastéropode mais aussi des éponges ou des bambous. La plupart des bernard l’hermite sont aquatiques mais certains peuvent vivre dans un environnement terrestre humide, c’est en particulier le cas des bernard l’hermite d’élevage. Ces espèces changent de carapace régulièrement. Elles se distinguent également par le fait qu’elle possèdent une pince droite plus grosse et plus puissante que leur pince gauche. Grâce à cette morphologie, elles peuvent se protéger efficacement d’une entrée indésirable dans leur coquille. Dans la région littorale tropicale, ils sont parmi les organismes les plus abondants et de très nombreuses espèces sont découvertes tous les ans.

 

LA CONCHE CHEVAL (Pleuroploca gigantea):

A été le coquillage de l’Etat de Floride depuis 1969.C’est la conche la plus grande du monde. Elle peut atteindre jusqu’a 26 pouces de longueur. La “Conche Cheval” mange n’importe quel mollusque y-compris sa propre espèce mais elle aime particulièrement se nourrir de Grande Nacre (Pinna nobilis). Pleuroploca gigantea vit sur des fonds sablonneux d’algues ou abondent les Grandes Nacres. La Pleuroploca gigantea adulte adulte est tres recherchee par les collectionneurs et peut valoir jusqu’a $100.00. Il va sans dire qu’elle est l’objet d’une persécution systématique a cause de sa valeur monétaire.

 

 

LE DOLLAR DE SABLE OU SAND DOLLAR (Phylum Echinodermata):

Le sand dollar est majoritairement composé d’une coquille dure et de peu de tissu vivant. Au centre de la partie supérieure on distingue 5 petits trous, ce sont des gonapores à travers lesquels l’animal émet les œufs ou le sperme, dans l’eau. Toujours sur la partie supérieure, un pattern en forme de fleur est visible, créé par une série de fentes minuscules à partir desquelles de petits appendices s’étendent au travers les gonapores pour des échanges gazeux avec l’eau. C’est comme cela que le dollar de sable respire. Les 5 fentes plus larges que l’on observe sont appelées lunules et permettent au sable de passer à travers lorsque l’animal s’enfouit sous le sable. Elles permettent également aux particules de nourriture se trouvant sur la partie supérieure d’arriver à la bouche. L’ensemble formé par les dents a une forme d’étoile et la bouche s’ouvre sur la face inférieure du dollar de sable. Cet agencement porte le nom de lanterne d’Aristote. La face inférieure est recouverte de petites ” épines ” mobiles qui lui permettent de se déplacer ou de creuser dans le sable. En vie, les dollars de sable sont solides et de couleur brun fonce, après leur mort, ils laissent un magnifique coquillage blanc très fragile. Les dollars de sable, oursins et étoiles de mer appartiennent à la même famille : les échinodermes, dont la caractéristique principale est d’avoir une forme en symétrie radiale.

 

L’ETOILE DE MER (Asteroidea):

Le corps des étoiles de mer est formé autour de 5 points comme l’ensemble des échinodermes. Elles n’ont donc ni queue ni tête, ni côté gauche ni côté droit. La plupart d’entre elles ont 5 bras ou un nombre multiple de 5. Sur la face inférieure de chaque bras se trouvent des pieds en forme de tube, qui se terminent par des petits disques de succion. Elles se nourrissent de mollusques telles qu’huîtres, palourdes…qu’elles immobilisent par succion et pression afin que les coquilles de leurs proies s’entrouvrent légèrement. Puis l’estomac des étoiles de mer sort par leur bouche pour entrer à l’intérieur de la coquille de leur victime qu’elles digèrent sur place, l’estomac se rétractant ensuite dans la bouche… !

 

 

L’APLYSIE OU LIEVRE DE MER (Aplysia brasiliana):

Le lièvre de mer ressemble aux limaces que l’on trouve dans les jardins mais ce sont des limaçons de mer, dont la coquille est petite et interne. On les aperçoit souvent à proximité des brise-lames, rochers, murs où ils broutent dans les algues. Ils se propulsent gracieusement dans l’eau à l’aide de leurs ” ailes ” qui sont en réalité une prolongation de leur pied. Lorsqu’on les dérange ils libèrent un jet d’encre mauve inoffensif, comme les octopus, afin de faciliter leur fuite. Cliquez pour en savoir plus sur le lièvre de mer.

 

 

 MEDUSES (Cnidaria):

On distingue différentes sortes de méduses dans les eaux de Floride. La plupart sont pourvues de cellules piquantes qui provoquent une sensation de brûlure temporaire à leur contact. L’ammoniac et le vinaigre aident à diminuer la douleur ressenties par une piqûre de méduse.

 

ATLANTIC SEA NETTLE (Chrysaora quinquecirrha):

La Chrysaora quinquecirrah est un invertébré marin carnivore dont les brulures sont considérées comme modérées a sévères sans toutefois pouvoir mettre la vie humaine en danger sauf en cas d’allergies. La bouche de la “Sea Neddle” (ortille marine) est située au centre d’une de ses extrémité s’ouvrant sur une cavité gastrovasculaire utilisée pour la digestion. Les tentacules situées autour de sa bouche servent a capturer ses proies. Les Sea Nettles n’ont pas d’organes respiratoires ou excrétoires. Chaque Sea Nettle est indépendante et peu se reproduire soit sexuellement soit asexuellement. Elles se nourrissent généralement de zooplancton, de cténophores, d’autres méduses ou de crustacés. Elles immobilisent et attrapent leurs proies avec leurs tentacules brulantes. Les proies sont ensuite transportées vers la cavité gastrovasculaire ou elles seront digérées.  Les Nettles peuvent aussi manger de petits poissons, des œufs d’anchois, vers, et larves de moustiques.  Chaque tentacule est enduite de milliers de nematocysts microscopiques. Chacun de ces nematocysts a une “gâchette” (cnidocil) équipée d’une capsule contenant un  filament piquant enroule qui sera éjecté de sa capsule par contact et qui pénétrera dans la cible, injectant un liquide toxique capable de tuer une petite proie ou d’étourdir un prédateur. L’effet sur un humain, bien que non mortel, causera des brulures douloureuses durant en général environ vingt minutes. 

 

MEDUSE BOULET DE CANON (Stomolophus meleagris):

De forme hémisphérique, épaisse et résistante. Elle a une couleur légèrement bleutée ou jaunâtre avec de petites taches brunes le long de ses bords. Elle n’a pas de longues tentacules, et la partie bombée et solide ne pique pas, l’autre bien. Des petits poissons trouvent souvent refuge dans la partie intérieure de la méduse, se protégeant ainsi des prédateurs.

 

 

 

 

LA GALERE PORTUGAISE, PHYSALIE OU VESSIE DE MER (Physalia physalis):

De couleur bleue pale et rose, iridescente, cette méduse flotte à la surface au moyen de ” flotteurs ” en forme de ballons remplis de gaz, qui changent de forme selon la direction du vent. Elle possède des tentacules de longueurs différentes, certaines atteignant 18 mètres de long ! Ses tentacules contiennent un des poisons les plus puissants connus parmi les animaux marins et peut causer des brûlures sévères et des cloques, même après la mort de l’animal ! Heureusement, cettre méduse est rare dans les eaux cotières de Panama City durant les mois chauds de l’année. Pour en savoir plus sur la Physalie, cliquez ici.

 

CTENOPHORE (Ctenophora):

Les cténophores (Ctenophora, du grec ktenos, « peigne » et phorein, « porter ») ou « cténaires » sont des organismes marins carnivores transparents et à symétrie radiaire (planctoniques et plus rarement benthiques), représentés par près de 150 espèces, répandus dans tous les océans du monde. Ils se déplacent grâce à des cils locomoteurs alignés en 8 rangées sur des plaques ciliées et formant des peignes. Ils constituent une bonne part de la biomasse planctonique mondiale.
Leur nom provient de la structure en peigne de leurs rangées de cils.
Leur ressemblance superficielle avec les méduses les a fait autrefois classer auprès de ces dernières dans le groupe des cœlentérés, classification aujourd’hui tombée en désuétude. Contrairement aux méduses, les Ctenophora ne possèdent pas de cnidocytes (cellules urticantes), mais des colloblastes (cellules collantes); ils sont de plus hermaphrodites.

Les cténaires les plus connus du public sont la groseille de mer (Pleurobrachia pileus) et la ceinture de Vénus (Cestum veneris). Certaines espèces, comme la groseille de mer, peuvent atteindre des populations si denses et importantes qu’elles peuvent colmater les filets des pêcheurs voire les prises d’eau de centrales nucléaires; d’autres ne sont connues que par quelques spécimens.

 

MOON JELLY (Aurelia aurita):

Cette méduse caractéristique est dotée d’un corps circulaire, en forme de coupe. Son endoderme est blanc et transparent, et son ectoderme, transparent lui aussi, est souvent légèrement bleuté ou rosâtre. Son ombrelle est entourée de centaines de longs et fins tentacules blancs filamenteux et urticants, qui capturent et paralysent le petit zooplancton dont elle se nourrit, pour le porter jusqu’à sa bouche. De nombreuses nervures blanches sont visibles sur son endoderme, partant du centre jusqu’au bord de l’ombrelle. On distingue facilement les quatre gonades en fer à cheval, roses ou blanches, disposées symétriquement autour du centre de l’endoderme. Elle possède aussi quatre tentacules buccaux translucides, entourant le manubrium, et souvent rangés sous l’ombrelle. Elle nage en contractant son corps par ondulations régulières. Chez les mâles, les gonades sont blanches ou jaunes, mais chez les femelles, elles sont roses ou violettes.

 

LE PELICAN BRUN (Pelecanus occidentalis):

Larges oiseaux dont l’envergure des ailes est de 2m50, ils sont trapus avec un corps brun foncé, un bec massif et une gorge en forme de poche. La tête des adultes est blanche, celle des jeunes est brun foncé. On le voit souvent reposer son bec sur sa poitrine. Ces oiseaux sont silencieux, à part les colonies de jeunes pélicans dans leurs nids, qui émettent des cris et grognements. Contrairement au Pélican Blanc, c’est un expert en plongée : la plupart du temps il plonge spectaculairement à la poursuite de poissons. Sa poche ne sert pas à stocker ou transporter du poisson mais bien à séparer les poissons de l’eau !

 

LE TATOU A NEUF BANDES OU ARMADILLO (Dasypus novemcinctus)

Il existe 20 espèces de tatous regroupées en 9 “genres” distribués de l’Argentine au Sud-Est des Etats-Unis, l’espèce la plus connue étant le tatou à neuf bandes (nine-banded armadillo”. Beaucoup de tatous sont nocturnes, ils vivent dans des terriers, parfois solitaires, parfois en groupes. Son nom est dérivé du mot espagnol ” armado ” qui signifie ” arme “. En effet, son corps est fait d’une armure composée de plaques d’os. Sa mâchoire est puissante. Ce sont des mammifères omnivores qui se nourrissent de plantes, insectes et autres invertébrés, ainsi que de petits vertébrés tels que lézards et serpents. Ils nagent très bien et peuvent même marcher dans le fond de l’eau. Lorsqu’ils ont besoin de flotter, ils utilisent leurs intestins comme bouée en les remplissant d’air. La période de reproduction de l’espèce la plus connue est juillet-août. Un seul œuf est fertilisé (mais le développement de l’embryon ne se fait pas immédiatement) et la gestation dure 120 jours. Ils donnent naissance (sauf exception) à 4 jeunes. Tous les jeunes sont absolument identiques car issus du même œuf, et le cordon ombilical de chacun est relié au même placenta!

 

PLUS D’ESPECES DE SHELL ISLAND A SUIVRE

 

OysterCracker4 

 

 

Il existe des droits d’auteur pour toutes nos photos.